Cinéma "La mort de Louis XIV" réalisé par Albert Serra #cinema #critique #Versailles

Critique du film d'Albert Serra "LA MORT DE LOUIS XIV" sortie le 2 novembre 2016

 

Tels de simples mortels placés derrière une porte, l'oeil collé au trou d'une serrure bien large, se déroule une sorte de télé-réalité morbide ; nous assistons à la lente agonie d'un grand Roi, sur grand écran.

Le roi se meurt et nous sommes aux premières loges, nous passons la barrière dorée, entendons les gémissements et silences des trois dernières semaines de sa vie durant lesquelles l'image du Monarque fort, puissant, digne et absolu, que beaucoup pensaient immortel tant son règne fut long, s'éteindra à petits feux.

film louis



Le titre du film "La mort de Louis XIV" n'est pas mensonger.

On s'attend à des retours dans le passé ; de belles images des fêtes des grands jours, les bals des grands soirs, il n'en n'est rien. Le roi se meurt.

Il meurt sous nos yeux impuissants, mais aussi devant ceux de sa seconde femme, Madame de Maintenon avec laquelle il se sera marié en secret, devant les courtisans qui applaudiront à chaque bouchée difficilement avalée par le Roi, devant ses médecins dont Fagon, qui n'aura pas soigné la gangrène à temps. Le roi se meurt et l'on entend une mouche voler ; elle rôde autour du Roi comme les vautours autour de leur proie.


Louis le Grand le sait, il est en train de mourir. Il gémit moins maintenant, il souffle, souffre mais ne dit plus rien ; mutisme complet... sans que personne ne puisse rien n'y faire, même pas l'imposteur Lebrun ; sa décoction n'aura aucun effet sur la santé du Monarque.


Chaque instant passé à son chevet est lourd, pesant, inquiétant... pourtant nous connaissons la fin.


La question qui se pose est : "qu'est ce qui pourrait donner envie à des vivants, de voir un homme, si grand soit-il, mourir, bouche pâteuse, en sueurs pendant deux heures?... " Vous passeriez tout simplement à côté d'une grande oeuvre cinématographique ; le jeu des acteurs dont Jean-Pierre Léaud qui incarne parfaitement Louis XIV, quant à la réalisation, il n'y aucune fausse note, tout semble écrit comme sur du papier à musique avec pour harmonie la fatalité.


Les silences, les respirations, les souffles, les temps - jamais morts eux- , tout cela, nous offre le privilège d'un huis clos, dramatique certes, mais nous propose surtout une proximité avec Sa Majesté telle que l'on n'osait pas même envisager...

 

Stéphanie Melloul pour Versailles, toute une Histoire.

Posté par Versailles_TUH à 22:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,